Besoin de médicaments pour Copine de forum 

8 Jan

Bonjour à toutes

Hope a besoin de vous pour sa FIV DO en Espagne et recherche :

– Décapeptyl 0,1 (X 7 ampoules)

– Jasmine comp. 1 boite

– Gonal 1050 ou 75 (tous les formats sont acceptés sauf les stylos préremplis qui doivent rester au frigo)

Voici son adresse email : nonette47@hotmail.com
Merci par avance ! ❣️🌺

8 mois de vie extra utérine 

9 Oct

J’ai commencé des articles des dizaines de fois, sans jamais les finir mais maintenant je suis là et je compte bien donner des nouvelles.

Le temps passe, les questionnements d’hier avec un nouveau né ont disparu. On a géré comme on a pu ! La fatigue au début, le tatonnement, la vie de couple, la vie à trois, la fin de six mois d’allaitement, les dents qui poussent, le premier jour, la première heure, la première semaine chez la nounou, la reprise du boulot, les dents serrées le temps de s’habituer. 

Voilà un gros mois que j’ai repris le chemin du travail. C’est dur parce qu’il faut être sur tous les fronts ! En plus d’un travail prenant qui demande pas mal d’investissement personnel, il a fallu apprendre à s’organiser alors que nous étions un couple sans contrainte, pas du genre à planifier quoi que ce soit. 

On cours partout, le soir on est a 21h sur le canapé et a 22h au lit, haha ! C’est sport mais il faut juste un peu de temps pour prendre le pli. 

J’ai décidé de continuer à gérer les repas bio/ légumes jardin au max pour le bébé. La nounou à du me prendre pour une dingue mais ça me fait plaisir de « contrôler » ce que mon bébé mange, d’où cela vient… et puis ça fait dix ans qu’elle fait ce métier alors elle doit avoir l’habitude ! 🙂 Elle est sympa parce qu’elle fait vraiment comme nous voulons pour le change, les siestes, … et elle transmets des valeurs aux enfants avec lesquelles je suis en harmonie. Tant mieux. 

Le bébé est avec deux garçons de un an et demi et deux ans, par qui elle est complètement fascinée ! Je suis soulagée de la savoir bien avec une autre personne que sa maman et son papa poule. 🐔🐥 Depuis le début, l’homme dépose et récupère le bébé chez la nounou. Ça a été moins dur de faire comme ça pour moi. Étrange non ? 

Je parle beaucoup plus de l’infertilité. Autour de moi. Je n’hésite plus à dire que bébé A est un bébé que nous avons eu du mal à avoir naturellement. Je reste discrète au travail cependant. 

J’ai été obsédée à l’idée d’un deuxième enfant dès que notre bébé a eu deux mois. J’ai pensé que ça passerais, que c’était une question d’hormones et bien non ! Moi qui ne voulait qu’un enfant, c’est un comble ! C’est à n’y rien comprendre. On en est là, on est pas pressés, on a encore rien décidé. L’homme n’a pas cette envie pour le moment. De toute façon, ce n’est pas comme si on pouvait prévoir et choisir, hein ! 

La vie défile, j’ai l’impression qu’on a posé mon bébé sur mon ventre hier. Et pourtant cela fait bientôt 8 mois. J’ai découvert à quel point tout cela était animal. A quel point je l’aime d’un amour si fort. Indéfinissable. Que je suis prête à tout pour elle. Qu’elle est son papa son toute ma vie. 

Je vous lis très souvent, je pense à vous, tout particulièrement à cette merveilleuse personne, Kaymet, qui a rendu ma FIV tellement jolie, grâce à son soutien que je n’oublierai jamais. J’aimerais que la roue tourne. 
Je vous embrasse 

Votre aide pour un espoir, notre rêve.

15 Juin

Un Jour, Mon Fils

Notre famille il y a 3 ans et demi Notre famille il y a 3 ans et demi

(For english-speakers, the post in english is here)

Aujourd’hui ce post est un peu particulier car je vous demande de l’aide, à vous, à toutes, simple visiteur sur ce blog ou amie dans la vraie vie. Je ne suis pas très à l’aise dans cet exercice,
par fierté peut-être, par timidité probablement, par pudeur certainement mais il faut se rendre à l’évidence, on ne pourra pas financièrement continuer le combat pour avoir un autre enfant sans votre aide.

View original post 418 mots de plus

La vie maintenant 

29 Mar

La Mousse a eu 6 semaines dimanche. J’ai un peu la sensation qu’elle a toujours été avec nous. 

Nous avons passé quatre jours à la maternité. Au bout de trois jours, les sages femmes étaient prête à nous laisser sortir mais sur les conseils de ma sage femme libérale, j’ai refusé et nous avons profité d’une journée supplémentaire de conseils.

L’allaitement s’est mis en place comme sur les roulettes. J’étais sur-motivée et j’ai réussi ! (Contente). Bien-sûr que j’ai eu mal, un jour ou deux mais quand on va vécu un accouchement juste avant, 12 heures de contractions ultra (ultra ultra) douleureuses, un déclenchement, deux points et un œdème, plus rien ne fait mal.

Depuis les journées se ressemblent et il paraît que mon bébé grandit. Les photos m’aident à m’en rendre compte. J’ai un pincement au cœur quand on me le dit. Pas trop vite mon bébé, pas trop vite je lui murmure dans l’oreille.

Les premières semaines ont été rudes. Disons, les trois premières. La fatigue fait perdre pied et l’homme à malheureusement pris pas mal. Pas le choix, je n’allais pas râler sur mon bébé Mousse d’amour, impossible. 

Nous avons suivi les conseils prodigués et fait des siestes. Puis la vie à commencer à se « caler ». Nous avons fini par comprendre ce qu’elle voulait, pourquoi, quand, comment et hop. Tout a été un peu plus facile. 

L’homme a repris le travail rapidement, après une semaine de congés et nous avons décidé de garder le congé paternité pour le mois de juin afin de nous permettre de partir prendre l’air dans un pays frontalier, pour nos premières vacances.

Sinon, elle est plutôt cool. Elle ne pleure jamais la journée ou peu. Elle dort bien la nuit (très peu le jour par contre) se réveille toutes les 4 heures pour manger et hop se rendort. Pendant trois semaines, nous avons eu des soirées difficiles. Elle têtait sans cesse et pleurait sans raison apparente. On m’a parlé « d’angoisses nocturnes » et de « décompression de fin de journée ». Et puis ça a fini par aller de mieux en mieux. Nous recommençons à manger chaud et à pouvoir profiter d’un petit film.

Samedi, j’ai pour la première fois passé une après midi toute seule dans les boutiques et c’était vraiment chouette. Le bébé est restée avec son papa et ce dernier était ravi de lui donner son biberon  de lait maternel, préalablement tiré.

Je pensais que ça serait plus facile de rester à la maison mais il s’avère que c’est plus dur que prévu. Parfois le temps est long et je suis très souvent toute seule avec elle. Heureusement l’homme a des horaires très confortables et il est à la maison vers 17h30, ouf. Je l’ai un peu préservé du monde extérieur et des maladies hivernales mais le temps est de plus en plus doux et nous allons bientôt pouvoir sortir, profiter du soleil. Je reprends le travail en septembre alors il va s’occuper.

Voilà, 

Dans deux semaines nous allons chez la pédiatre pour le rdv des deux mois et normalement pour faire les premiers vaccins. Alors là, c’est l’angoisse. Je suis toujours autant « nature et découverte » et l’idée de la vacciner à deux mois m’horripile. Déjà pour trouver le pack classique (sans l’hépatite B c’est un combat. Les laboratoires les diffusent au compte goutte. J’en ai déjà un. Il m’en manque deux pour les rappels. Je ne suis pas non plus vaccinée contre l’hépatite B qui s’attrape par transfusion sanguine ou rapport sexuel. 

Ensuite deux mois…je trouve ça tellement tôt…le bébé est en pleine construction. Son corps, son cerveau…je ne sais pas pour le moment. Je n’ai pas décidé. Elle est avec moi jusqu’en septembre, je pourrais repousser. Je voulais connaître l’avis de celles qui se posent ou se sont poser les mêmes questions. 

Je vous embrasse bien fort, je continue de vous lire et je pense bien fort à celles qui se battent encore. 💖

Article à lire

19 Mar

http://tempsreel.nouvelobs.com/societe/20160318.OBS6748/pma-on-fait-du-chantage-aux-femmes.html

Cadeau de St Valentin

18 Fév

Voilà.

Elle est arrivée.

Ce dimanche pour la plus belle des St Valentin.

Avec tout juste une semaine d’avance.

Un tsunami d’émotions.

Elle est magnifique, mon bébé éprouvette.

Nous sommes instantanément tombés fou d’elle.

Courage à toutes celles qui attendent encore. Je vous souhaite plus que tout ce grand bonheur ❤

image

De l’espoir à la gare

15 Jan

Il y a quelques mois, Julie demandait de l’aide via mon blog pour trouver les médicaments nécessaires à sa Fiv 5 non remboursée. Vous avez d’ailleurs été absolument merveilleuses en répondant favorablement à sa demande. As usual.

Sans nouvelles depuis, je lui ai envoyé un petit mail et voici la réponse qu’elle m’a envoyé début décembre:

« Bonsoir,
Ca y est je me lance, je te donne des nouvelles.
Il s’est passé pas mal de choses depuis le mois de septembre. Nous avons comme prévu débuté le traitement par Prov@mes fin septembre et les picouses fin octobre. Bon entre temps la vie ne nous a pas gâtée, comme à chaque tentative, on cumule les petits tracas (…).
 J’ai donc pris le parti de mettre mon cerveau en pause, ne pas en parler, continuer comme si de rien n’était, presque partir perdante. Par contre contrairement aux autres fois, je me suis arrêtée une semaine et demi avant et une semaine et demi après la ponction. Du coup, j’étais vraiment bien reposée ! La ponction s’est faite le 10 novembre. J’étais tellement zen que le cacheton censé me faire planer pendant l’intervention n’a pas du tout eu de prise sur mon corps, j’étais hyper consciente de ce qui se passait, vraiment bizarre. Tt s’est bien passé, pas trop de douleurs, et 9 ovocytes prélevés, le top! Le 12 au matin, appel de l’hôpital pour nous annoncer qu’il y avait de quoi implanter ! Youhou, 3 embryons, bon de qualité pas top, comme d’hab, du coup on implante les 3, il ne faut pas gâcher!! Le biologiste, que l’on connaît bien maintenant, conclu l’entrevue en disant « De toute façon, si ça ne marche pas, revenez me voir, on parlera des solutions qui existent »… ouai ouai, restons positifs!

La suite, vraiment long d’attendre, en plus gros coup de tristesse le 13 avec les attentats, bon j’ai essayé de me détendre au mieux. La première prise de sang était prévue le 27.

Et là miracle, au lieu de voir comme à l’habitude un taux inférieur à 5, il est à 152!!!!! Alors là c’est l’inconnu, être sûr de bien interpréter le résultat, l’impression d’être dans un autre monde! Ni une ni deux nous appelons l’hôpital et la sage femme nous confirme, oui oui il se passe qqchose. Whaou, on s’attends tellement au pire qu’on ne sait pas quoi faire! On arrive pas à y croire… Donc ça c’est un vendredi, mardi suivant rdv chez ma gyneco et là elle me dit ok on fait une echo en direct. Elle observe une tâche qui ressemblerait à un sac embryonnaire, tout au conditionnel bien sûr, c’est tellement précoce!! Donc pour l’instant le seul moyen de se rassurer c’est des prise de sang régulières pour surveiller que le taux de Bhcg augmente, et pour le moment ça tient!!! Nous avons une écho prévue le 18 pour voir ça de plus près, s’il y en a 1, 2 ou 3 😉

La surprise a laissée place à la joie. C’est formidable d’y être arrivés, même s’il faut rester prudents jusqu’à 3 mois on est tellement heureux!!!!

Au fond de moi je suis sûre que cette tentative était différente. J’ai pris les idées de partout. Nous avons tous les deux pris des sachets de compléments alimentaires conseillées par ma gyneco pendant 3 mois. Les jours suivants l’implantation j’ai pris 1 sachet par jour jusqu’à la pds d’a@spegic nourisson, conseillée par une de nos bienfaitrices de produit qui d’après elle est tombée enceinte grâce à ça (sa gyneco lui avait conseillé pour améliorer la nidation en fluidifiant légèrement le sang). Et puis tant de générosité et d’ondes positives ont joué sur mon bien être c’est certain. C’est aussi grâce à toi que ça a était possible, je te remercie énormément, sans toi ça n’aurait pas était pareil! Je ne sais pas où tu en es, j’espère de tout cœur que ta grossesse se passe bien.

Merci encore. Je t’embrasse « 

J’ai beaucoup lu de blogs et de forums pendant mon parcours. Parfois en « sous marin » sans dire un mot.
J’ai été très touchée de lire ce commentaire sur un forum que je suis depuis bientôt trois ans, d’une personne dont j’ai suivi l’histoire.
Comme les belles histoires existent et qu’elles nous permettent de garder la tête hors de l’eau, voici la deuxième :

Essais bébé depuis 2006
Octobre 2013 : J10 taux 32 puis 58 et fini
Janvier 2013 : J10 (25/01/2013) Taux 221/taux 265 /taux 157/taux 18
Mars 2014: fausse couche

« Bonjour les filles,
Je ne sais pas par quoi commencer.

Après ma fausse couche de 2014, j’ai eu beaucoup de mal à me relever. Et puis, j’ai travaillé pendant un an. Cette coupure m’a permis de me plonger à fond dans le travail et essayer de ne penser à rien. Les mois passant, je perds plus de 10kg sans faire de régime, et je me sens à nouveau bien dans ma peau. Pendant cette année, je vous avouerai que j’avais des hauts et des bas. A chaque fois que je voyais un bébé, j’avais mal aux tripes. Est-ce qu’un jour j’arriverai à enlever cette douleur ? Je me faisais des cures de s@ et de c@qui m’a supprimé les douleurs d’endométriose. Et puis, je décide de consulter mon médecin traitant pour lui dire que je n’arrivais pas à faire le deuil de cet enfant et elle était ravie. Je prends également contact avec mon acuponcteur. Il décide de me faire des séances pendant trois mois avant d’entamer un autre essai. Je commence à faire des examens… Et une massue me tombe encore sur la tronche. J’ai des fibromes. La clinique décide de me donner un traitement de 3 mois pour tout assécher. Encore une barrière à assumer. La bonne nouvelle est que le traitement a bien fonctionné chez moi. Ouf ! Pour la première fois, mon acuponcteur me dit qu’il ne sait pas pourquoi mais il pense que cette tentative sera la bonne (il me suit depuis 9 ans). Mon endométriose a reculé et il trouve que mon organisme est au top. Il pense que la reprise du boulot et mon dynamisme a contribué à cette énergie.
Pour cette tentative, j’ai voulu faire une fiv en frais à J5 (d’habitude, se sont toujours des embryons vitrifiés). Ce n’était pas simple par rapport au boulot de mon mari mais j’ai été ferme, je voulais faire un test en frais pour ne rien regretter. Mon année de boulot m’a permis de payer la fiv + la logistique. Ca m’a coûté un bras surtout les prix des avions pour T@ l’été sont exorbitants. Puis la douche froide, nous n’avons eu que 4 blastos. J’étais dégoûtées tous ces sacrifices pour si peu d’embryons. Et si ça ne marchait pas ? je ne pourrais même pas faire une autre fiv. Bref, mon mari me résonne en me disant que se sera peut-être la bonne. Mouais, avec tous mes échecs, on a toujours du mal à y croire.
Après le transfert des 2 blastos, des douleurs pendant 3 jours puis plus rien. Je stresse, je tourne en rond. Et puis, deux jours avant la pds, je sens comme un point de côté, ça me rappelle mon taux positif de l’année 2014. Le lendemain, je fais un test de grossesse et :+++: . Le surlendemain, je fais ma pds à J14 et taux à 6 063. Wouah ! Je suis sous le choc ! Puis une semaine plus tard, taux à 21 331 puis taux à 64 812. Mon médecin me dit vous avez peut-être 2 ou 3 brybrys dans le ventre avec des taux aussi haut. Malgré les taux élevés, je flippais de faire cette écho, trop peur d’une mauvaise nouvelle. Et puis, les larmes coulent en abondance, deux petits cœurs qui battent la chamade. Rien n’est encore gagné mais une émotion intense me submergea quand le gynéco me dit félicitation, vous êtes enceinte. Les nausées arrivent non stop toute la journée les 3 premiers mois. Quand j’allais à l’extérieur, c’était une horreur, je sentais les odeurs des gens, des restos…. Je n’en pouvais plus et je ne voulais pas prendre de médicaments car j’en prenais déjà beaucoup. Du coup, je ne mangeais pas beaucoup.

Malheureusement, à 7sa, un des brybrys arrêtent son évolution . Je pleure de douleur et peur que le deuxième prenne le même chemin. Le gynéco essaye de me rassurer en me disant qu’ils étaient chacun dans une poche et qu’il n’y aura pas de conséquence pour l’autre. A partir, de ce moment là, je n’y croyais plus. A chaque écho, la peur qu’on m’annonce une terrible nouvelle. Et puis, fin août, une galère se pointe à nouveau, vomissement non stop, je perds du sang à l’anus sans arrêt. Je suis dans un état lamentable. On court aux urgences. Hospitalisation pendant une semaine. Je me dis c’est fini, impossible que mon brybry d’amour soit en vie avec tout ce chamboulement. On me fait des tas d’examens sans me faire une écho. Je souffre de douleur, on me donne que du paracétamol qui ne me fait rien. Après une coloscopie, on me diagnostique une colite avec infection mais n’arrive pas à trouver le germe. Au bout de 3 jours, on me fait une écho, et brybry est comme un poisson dans l’eau, il a vraiment grandi, on est sous le choc. On ne s’y attendait pas même mon mari à eu les larmes aux yeux. Je me suis écroulée sous les larmes. Je continuais à vomir, à perdre beaucoup de sang. Il décide enfin à me donner un antibiotique et à partir de ce moment là, la douleur avait disparu. Ouf ! Je pense que j’ai encore perdu du poids. Après ma sortie à l’hôpital, la semaine d’après, je faisais la première échographie officiel des 3 mois. Bébé se porte à merveille et n’arrête pas de gesticuler. Un bonheur immense. Je n’aurai jamais pu imaginer connaître un jour cet instant magique. Je m’inquiétais car à 4 mois de grossesse, toujours pas de ventre. Mon doc me dit de ne pas m’inquiéter étant donné que j’avais perdu beaucoup de poids. Mon ventre a commencé à pointer son nez à 5 mois. J’ai senti mon bébé à 17sa, incroyable. La peur est toujours présente et mon bébé le ressent car il me rassure en gigotant beaucoup. Comme pour me dire de ne pas m’inquiéter, je m’accroche. Avec nos parcours, on n’arrive pas à avoir une grossesse sereine mais chaque jour est une victoire. Je compte les jours afin d’avoir enfin mon bébé dans mes bras. On a encore du mal à réaliser qu’on va avoir un bébé après presque 10 ans d’attente.
Comme quoi, malgré mes pathologies, un miracle est arrivé !!! 

Ne perdez jamais espoir les filles. Il y a des « copinautes » qui m’ont blessé en me disant avec autant d’échecs, il faut faire le deuil. Et bien, je dis NON J’Uil y a de la vie, il y a de l’espoir. Heureusement que j’avais un médecin traitant formidable qui me suit depuis 10 ans et ne m’a jamais dit cela. Elle m’a toujours encouragé et soutenu. Elle a été au petit soin, en m’envoyant des sms quand nous étions en Grèce, en m’appelant quand j’étais hospitalisée et est toujours là pendant toute ma grossesse. Elle a d’ailleurs hâte de voir notre petit bout de choux. Elle c’est investit comme si c’était sa grossesse. Dans mon malheur, j’ai eu la chance de tomber sur un médecin hors du commun. Humaine, et attentive. Je remercie aussi la clinique L@ qui ont pris en compte ma fausse couche de 2014 pour mettre toutes nos chances de notre côté.
Je vous embrasse bien fort les filles et surtout gardez espoir !!!!

P.S. : j’entame mon 7ème mois de grossesse »

image

Voilà. Deux très belles histoires.
Une énorme pensée à celles qui attendent encore.