Tag Archives: Choix

Infertilité & boulot

30 Août

17 mois et je sens comme un premier virage dans notre parcours.

Cette opération m’a fait un bien fou (mentalement).
Bon, Ok à J+9, je suis encore flappy et quelques jours d’arrêt de travail en plus aurait été favorables (je me tiens aussi droite que la Tour de Pise, c’est pour dire). Ça va être compliquados de grimper dans ma voiture lundi et de porter des choses un peu lourdes (oui, tu l’auras compris, je bosse pas dans le marketing). Le niveau de forme physique laisse encore à desirer. C’est loupé pour le marathon de NYC.

MAIS
J’ai l’impression que « j’accepte » d’avantage ce qui nous arrive. Je suis très sûrement dans la phase d’acceptation à présent. (oui, c’est beau)

J’vous avais pas dit…

La veille de reprendre le boulot, avant l’opération donc, j’étais angoissée comme un enfant qui ne voudrait pas retourner à l’école. Je me suis dis : Qu’est ce que je donnerais pour gagner à l’euromillion et jamais y retourner ! Faire 60 fiv si besoin est, adopter des enfants en une semaine. Et vivre heureux dans un loft face à l’océan !
Les résultats du tirage du mardi 12 août n’ayant pas été en ma faveur, il a bien fallu ce rendre à l’évidence : cette reprise, après trois semaines de glandouille sous le soleil sous la pluie m’était difficile.

Et là, je me suis dis que c’était dommage de s’empêcher de changer son job pour un souci, aussi gros soit il, d’infertilité. Cela m’a fait regretter d’avoir mis en suspens ma vie professionnelle au détriment de ce bébé qui tarde à arriver.
Je n’avais pas candidaté pour le poste de fou dans cette boîte de dingues sous prétexte que ça allant être difficile de gèrer PMA et Nouveau travail.

ANTICIPATION
On avait dit plus d’anticipation !

Alors, j’ai croisé les doigts pour que l’entreprise en question n’est pas trouvé le candidat idéal, j’ai rajouté un dernier paragraphe sur mon CV relatant les deux dernières années de ma vie dans cette entreprise que j’adore mais que j’ai quand même envie de quitter (cherche pas, y a aucune logique) et j’ai postulé !
Au moins, je n’aurai aucun regret, pas vrai ?

Je sais que SI (probabilité) ça marche, je vais avoir beaucoup de boulot, beaucoup d’investissement personnel, beaucoup de stress…
Que c’est une entreprise très exigeante, que je vais être en période d’essai, que ça va être dur de mener mon projet perso en même temps, mais on verra, non ?
Que si ce bébé tant espéré arrive dans deux, trois, quatre ans, je n’aurais pas le regret d’avoir mis ma vie professionnelle entre parenthèses et tout stopper pour lui. Et si il arrive dans deux mois, et bien…heyyy bien, je serai la plus heureuse du monde et tampis pour mon nouvel employeur, tampis. Ce n’est plus ma priorité.

Ma priorité maintenant c’est d’être heureuse. D’assumer mes choix. De continuer à essayer de trouver du bonheur ou il y en a, des nouveaux projets…qui me permettent d’occuper mon esprit (subterfuge).

Je pense que j’ai compris quelque chose (après j’arrête de vous embêtez et je retourne voir mon psy, promis), c’est qu’il faut des projets pour aller mieux et relever la tête. Il faut être bien dans ses baskets parce que le combat est long et qu’il faut être sacrément musclée pour affronter DN.

En attendant, je bachotte du fond de mon lit et je revois les classiques : « présentez-vous », « quelles sont vos qualités et vos défauts »…et affaire à suivre donc !

image