Tag Archives: appendicite

Déjeuner en paix

21 Mar

Pour commencer, merci beaucoup pour vos messages suite à mon précédant post, qui m’ont aidé, conforté, rassuré, fait sourire : vous êtes vraiment chouettes !

Je fais attention. Avec tout ce qu’on entend, c’est dur de vraiment faire confiance.
Bon, il faut dire qu’il y a plusieurs années (environ 20), je me suis tapée une péritonite aiguë, du genre vraiment pas cool, deux mois d’hôpital, une cicatrice de 7cm x 2 sur le bas ventre pour cause de mauvais diagnostic.
« Elle a une gastro ! »
Ouais, c’est ça, ouais. Une gastro… Une appendicite non détectée à temps. Une péritonite qui est probablement la cause de mon hydrosalphinx de marrrde. Anyway. 

J’ai laissé l’aspegic dans le placard, pour le moment (je n’ai même pas la date de ma première fiv, ça me semble vraiment beaucoup trop tôt).
J’ai vu la deuxième médecin généraliste, qui m’a donné 1) le numéro d’une psy 2) le numéro d’une gygy pma dans le deuxième lieu pma de ma bourgade afin de faire le point. J’ai rdv semaine prochaine.

De toute façon, il n’est pas question pour moi de changer de centre pour le moment. Je veux juste voir si le médoc à une réelle utilité et papoter. Avoir un autre avis. 

Aujourd’hui, je me suis lancée et j’ai rencontré la psy. Ça fait quelques mois que je voulais le faire. Que je sentais que ça pourrait m’aider à affronter les évènements. Ça a doucement cheminé dans ma tête et hop !
On a beaucoup échangé sur ma culpabilité à être si peu capable de faire quelque chose que certaines font en claquant des doigts… (…), sur ma relation de couple depuis le début de cet épisode…

Suite à ce rendez-vous, j’ai décidé de passer plus de temps avec mon amoureux. C’est vrai que face à sa -moyenne communication permanente sur ce qu’il pense au fond et ressent-, je me suis -un peu- tournée vers une récente copine dont je suis très proche, un peu plus âgées (43 ans), qui a rencontré son mari tardivement et qui se retrouve face au corps médical lui disant que les portes de la PMA lui sont fermées au vu de son âge. « La PMA ne s’adresse plus aux femmes de plus de 43 ans, madame. AH ! Mais vous avez 43 ans ! Comme c’est dommage …(fuck fuck fuck). Deux fausses couches, un projet de fonder une famille avec l’homme qu’elle aime… bref. Elle me comprend. Je la comprends. On se soutient. C’est la friend Solidarity.
Voilà, donc… pour en revenir au début du paragraphe (je pars dans tous les sens ce souuuuuarrrr), je mets peut-être un peu trop mon homme à l’écart alors qu’il devrait être le plus informer sur mon état d’esprit.
Pour cette raison, je vais organiser des choses, différentes, avec lui pour se parler, partager et se « retrouver ». Et ça commence demain !

Pour finir sur le point psy, elle m’a dit qu’elle voulait qu’on essaye de travailler ensemble sur le fait de prendre du recul. Je trouve que c’est une très bonne idée. Je la revois bientôt.

image
*Je n’ai jamais autant fréquenté les salles d’attentes que depuis six mois. Photo souvenir. Vis ma vie, je suis dans le monde merveilleux de la PMA.
*Aucun lien, ni rapport avec le titre et l’article, certe, mais j’écoute actuellement cette chanson et je l’adooooooooooore. (Stephan Eicher – Déjeuner en paix)