Tag Archives: Fiv

Comme un changement de programme

19 Juin

Rdv avec le centre de PMA avec ma gynéco effectué ce jour. J’ai eu du bol, il y’a eu un désistement, j’ai réussi à avoir un rdv rapide (sinon c’était mi juillet – god !). La secrétaire a eu pitié je pense en m’entendant m’effondrer au téléphone quand elle m’a annoncé que la FIV s’arrêterait la. Elle m’a rappelé dans la foulée : « j’ai un désistement ! ». Elles sont si emphatiques dans ce service depuis le début, c’est tellement important et ça fait du bien.

Au programme des prochains jours : lundi, écho dans un cabinet d’écho toulousain pour être sûr de la présence de l’hydrosalpinx ACT II ou non.

Si hydrosalpinx ACT II, cœlioscopie. J’imagine que maintenant, il fera sauter ma dernière trompe.

Si non, irm pour voir ce que c’est.

Dans tous les cas, rdv vendredi 29 juin avec le chirurgien qui m’a déjà opéré il y’a quatre ans (avec le résultat de l’écho de lundi prochain dans le classeur) et rdv anesthésiste dans la foulée. Là encore une fois, j’ai eu un rdv express pris par ma gynéco. Je redoutais, j’avais eu six mois de délais pour le rencontrer il y a quatre ans.

Trois cycles après l’opération avant de reprendre les hostilités.

Donc bien sûr, si on fait le calcul, j’en ai pour 6 mois minimum, à la louche avant ma prochaine fiv. Six mois, ça fait chier. Mais six mois c’est quoi ? C’est long, d’accord. Mais c’est ça l’infertilité, la pma, on décide pas. On décide de rien. Si j’avais su, j’aurais enclenché plus tôt après la Mousse. Mais j’étais pas prête ! Le plus chiant, c’est l’opération. C’est une anesthésie générale, la dernière fois j’étais pliée en deux plusieurs jours après l’opération.

Si l’alignement des planètes est bon, y aura peut être pas besoin. Mais j’y crois pas trop. On verra ! Je ferai ce qu’il faut.

Merci pour vos messages, c’est vraiment sympa. Bisette 💚🍀

Publicités

FIV1 Baby2 # Fin

14 Juin

Retour probable de l’hydrosalpinx sur ma trompe restante et réparée il y’a trois ans.

Avertie après plusieurs jours de Prov@mes « bonjour madame, je vois une anomalie sur votre dernière écho, on arrête tout ».

La veille de ma première piqûre.

Uppercut

Réflexion sur le don d’embryon

28 Fév

En fait, l’autre fois dans mon article, je n’ai pas précisé le déroulement exacte de la conversation avec la grande chef du service PMA. Aujourd’hui, je le fait parce que :

– j’ai besoin de connaître votre ressenti sur le sujet et même vos expériences ou projets

– et j’ai découvert entre mon rdv et cet article, cette personne formidable et généreuse https://donneuseovocytes.wordpress.com

Voilà voilà, j’y arrive…

J’ai toujours trouvé le résultat de notre première stimulation d’il y’a trois ans un peu faiblard. Je n’ai pas les résultats sous les yeux mais notre Mousse fait partie de la paire d’embryons qu’avait pu nous offrir le traitement. J’avais, je pense à l’époque bénéficié d’un protocole -de base- comme c’est souvent le cas lors d’une première fiv et la récolte a été moyenne. (Attention, je sais que l’on peut aussi avoir des traitements sans résultat et que la quantité ne fait pas la qualité du machin. Mais étant donné ma pathologie n’affectant aucunement ma réserve et mon âge, j’aurais pu faire mieux).

Le deuxième embryon a quant à lui fini à la poubelle des embryons car sa qualité ne permettait aucune conservation. J’avais vraiment les boules. Je me suis dis que peut être le jour J, il aurait pu être transféré à quelqu’un d’autre (négatif Madame, m’avait alors répondu le biologiste). Et peut être à ce couple dont la fille ressortait les larmes roulant sur les joues le rdv avant le notre (Ça c’est mon analyse dans ma tête, à l’instant T de ma vie et de ce parcours, sous le coup du stress, de la situation de transfère à venir…).

Quand à la fin du rdv pour notre grand retour en PMA avec la gynécologue, elle nous a demandé si on avait des questions, j’ai sauté sur l’occasion penses-tu ! Dans un premier temps, je me suis assurée qu’elle changerait le protocole de façon à être une poulette de compétition dans la production de mes œufs. « Ha oui oui ne vous en faite pas, je vais plutôt partir sur… ! » m’a t’elle répondu. C’est à ce moment là que j’ai ajouté : « oui, parce que SI nous avions la chance infinie d’avoir de nouveau un succès rapide, nous souhaiterions donner les embryons restants à un (des) couples ». Et là, attention, réponse en deux temps : 1) vous ne voulez pas de troisième enfant ? « euh, non ». Plus ajout du petit 2) « oui mais madame – ça risque d’être moins rapide cette fois là, il faut vous attendre à ce que ça ne marche sûrement pas du premier coup ».

Soit.

Au début des examens il y a plusieurs années, l’homme et moi avions échangé rapidement dans une salle d’attente, sur un don chacun de notre côté si réussite. Après tout, c’était facile pour un homme et j’étais loin de me douter de ce que c’était pour une femme.

J’ai ressenti la profonde tristesse de ce manque d’enfant dans ma vie, je suis passée par des étapes tellement noires où j’étais si malheureuse. J’ai eu l’immense chance que ça tourne très vite au bonheur. Des dizaines d’examens, une opération, une fiv, des dizaines de mois les yeux vides mais une réussite. J’ai découvert des personnes qui ont continué, continué de ce donner des chances d’y croire, parcouru des kilomètres, rempli des dossiers, encore et encore, sans jamais arrêter. J’ai découvert le monde du don à travers leurs histoires. Le monde de l’adoption. J’ai vu des bébés magnifiques dans des familles resplendissantes de bonheur. Je me dis qu’il peut être si simple de rendre quelqu’un d’heureux pour la vie.

Je ne sais pas si j’aurais la force de mener un enieme traitement pour faire un don d’ovocyte (une fois notre deuxième bataille menée). C’est si dur et éprouvant. Cela demande du temps, de la force encore. Cela demande peut être un don de soi dont je ne suis pas capable ?

Voilà, j’en suis la. Je mets là charrues avant les bœufs, j’en ai conscience. J’en ai besoin pour avancer, pour ne pas trop penser à ce que nous attend pour notre second parcours (c’est l’inconvénient d’avoir déjà un exemple). Il faudra beaucoup de « si » pour que ce projet aboutisse. Quand on y pense, c’est assez fou/ perturbant/ dingue de ce dire que dans notre même grande ville, un embryon de notre code génétique peut être porté par un couple qui s’aime et que cela peut les rendre heureux.

« En 2008, 21 000 embryons étaient sans projet parental mais seulement 105 couples avaient confié leurs embryons à l’accueil » https://www.fiv.fr/don-embryon/

D’autres infos ici : http://www.magicmaman.com/,don-d-embryon-comment-ca-se-passe,3305091.asp

C’est reparti pour un tour ?

18 Fév

Cette nouvelle année a débuté avec de merveilleuses nouvelles pour trois guerrières exceptionnelles : une au loin sur un caillou, une dans ma TeamTea chérie et la dernière qui est encore toute tremblante et dont le mur invisible a soudainement disparu. Je croise, je suis heureuse, heureuse, heureuse.

Ma mousse a eu deux ans pour la St Valentin. Elle nous comble d’un bonheur infini. Je l’aime à la folie. J’ai adoré quand elle était bébé mais la voir devenir une petite personne qui parle, c’est vraiment chouette.

Lundi nous étions de retour au centre de PMA. La maternité m’a fait changer mes projets de bébé unique (ou les hormones, je ne sais pas trop) et nous avons trouvé qu’il serait sympa que cette famille se compose de 4 membres (enfin, j’ai trouvé, et j’ai motivé l’homme qui est plutôt refroidi par l’expérience PMA en général).

Après avoir attendu, repoussé, nous nous sommes jetés dans le bain. Je sais que tout peut prendre beaucoup de temps et qu’on peux perdre six mois en un claquement de doigts avec des spécialités overbookés donc autant anticiper.

Pendant ce rdv et sous l’œil d’expert de la chef du service sur mes résultats, j’ai appris que j’avais vieilli. (Bonne déduction +3 ans et maintenant 32 ans) (moi je trouve ça carrément jeune d’abord! Non mais !). Cela se traduit dans mon cas par des cycles plus courts depuis sa naissance de la Mousse (26 jours), une AMH tombée à 2,9 mais une bonne réserve cependant. Well well well.

Elle a ajouté que nous avions eu beaucoup (beaucoup) de chance que notre première et unique FIV fonctionne (je le savais franchement. Et comme je le savais, je n’avais pas vraiment envie de me l’entendre dire avec tant d’insistance). Je sais aussi que c’est son rôle de me prévenir pour éviter une chute trop vertigineuse et me préparer à toutes les issues).

Elle a prit rdv pour le test de migration survie pour l’homme (rien avant avril = voilà ! Je l’avais pas prédit plus haut ?!). Entre temps, on s’occupera comme on peut en repassant par la case -réunion d’informations- à laquelle je pensais échapper étant donné mon degré de connaissances en procréation médicalement assistée. haha. Loupé. On saute cependant la case -psychologue du centre- mais on aura le droit à un rdv si échec FIV1.

Je veux juste essayer, trois ans après, de me servir de mon « expérience » pour vivre au mieux cette deuxième extraordinaire aventure (j’ai pas trouvé mieux) et advienne que pourra. Je vous embrasse.

Journal d’une FIV : J21-J… / L’attente du résultat

26 Mai

Le processus PMA en lui-même est d’une lenteur insoutenable.

Les rdvs pour avoir les examens, les examens, les retours chez la gynéco pour analyser les résultats, l’étude de nouvelles pistes, les changements de centre, le rdv pour un cœlioscopie, la cœlioscopie, le rétablissement…Bref, là, tu prends facilement un an et demi dans la vue.

Ensuite arrive le moment dont tes Copines de blog parlent depuis des mois. Maintenant, c’est à ton tour !
Machinalement, tu fais tes piqûres, tu gobes tes cachets. Tu ne réalises pas bien ce qu’il t’arrive. On te dit d’être là à telle ou telle heure, de faire telle ou telle chose…tu t’exécutes.
Un jour, on te met un Petit Pois magnifique « dans ton ventre ». Tu le vois, tu ressers les jambes, tu te lèves, c’est fini, tu quittes l’hôpital.
Des mois et des mois que tu attendais ça.
La première journée, tu rentres chez toi, encore groggy par le v@lium administré et tu t’endors. Plus tard, tu te fais une mythique séance d’hypnose avec la célèbre Lumière dorée, la main posée sur le ventre pour envoyer un maximum de chaleur à ce tout petit.
Le lendemain, rien, c’est le week-end, un long week-end en plus que tu as voulu sans voiture, calme et sans trop de visite. Tu es face à toi même. Face au sourire amoureux de l’homme de ta vie qui ce dit que c’est peut-être maintenant.

J’ai passé une bonne partie de mon dimanche empreinte d’une terrible nostalgie, d’un stress et d’une angoisse immense. Les yeux remplis de larmes. Je me suis inquiétée pour mon embryon tout en m’excusant de lui offrir un tel spectacle.
Cette épreuve PMA, aussi longtemps qu’elle dure encore, m’aura fait découvrir à quel point l’on pouvait changer sois-même. Je ne suis plus pétillante, je suis pessimiste. Je vois souvent le verre à moitié vide, alors que je n’étais jamais comme cela auparavant ! La même année, je dois gérer le décès de ton oncle, le cancer et la chimio de ton père, le boulot, la PMA et la vie.
Je perds mon énergie au fil des mois que j’attends mon bébé.
Je déteste avoir changé et avoir mis mon optimisme de côté.
J’ai cependant de la chance d’avoir des amis extraordinaires qui y croient souvenir plus que moi. Sans réponse de ma part, une amie à débarquer chez moi à l’improviste. Elle m’a remise sur pied.

La psy, pendant les trois séances où j’ai réussi à aller la voir, me répétais sans cesse « vous verrez bien ! Dite vous je verrai, on verra… ».

Alors oui, on verra quelle histoire est prévue pour moi. Prévue ou et non, je ne crois pas du tout au destin, mais plutôt au hasard de la vie.

J’espère que tu vas bien depuis 5 jours dans mon utérus.
J’ai hâte de savoir si tu es là. Fais comme tu le sens. Mais surtout ne t’en fait pas pour moi, je ne lâcherai rien jusqu’à la fin.

Aujourd’hui, j’ai repris le boulot après ce bon week-end « j’ai 92 ans ». Et bennnnnnnnnnnnnnn j’ai jamais été aussi heureuse de bosser ! leboulotoccupelesprit.fr

J’ai une PDS à J16. Je trouve que c’est le bout du monde et je voulais savoir si vous aviez fait un TG la veille de la PDS ou autre.
Je voulais aussi vos conseils pour le sport et est ce que je peux me faire un bodybalance jeudi et un RPM vendredi ? Ouuuuu je continue de mourriiiirrr d’envie de me défouler…sur ma chaise ?!

Sinon, pour finir : j’ai des seins « énoooooooooooooooooooooooormes » et ça c’est top ! Avec tous les cachetons que l’on prend, l’augmentation mammaire, c’est cadeau !

Journal d’une FIV # J20 / Transfert 

22 Mai

Ce matin, j’ai passé les yeux rivés sur mon téléphone de 8h à 9h. Échange de messages avec ma Copine E : ils t’ont apellé toi ? Non toujours pas et toi ? Non rien. Ils avaient dit entre 8 et 9 pourtant…

Stress#angoisse#respire#expire. 

Ouf, enfin ! Rdv à 10h au bureau du biolo. On est quatre autres couples. On s’est déjà croisés pendant cette semaine de traitement/échos. Salutations et sourirs. E et son mari commencent. En sortant du bureau, j’essaye de croiser son regard pour savoir si les résultats attendus sont la.

C’est enfin notre tour de connaître la suite de l’aventure. 

Sur 6 ponctionnés, 5 ovocytes matures, 2 embryons dont un « beau » un seul sera transféré, l’autre ne pourra malheureusement pas être congelé (ne répondant pas aux -normes- ).

J’explique au biologiste que je suis surprise du nombre récupéré à la ponction. Il me dit être lui aussi étonné étant donné mes précédents bilans et résultats qui laissaient supposer une meilleure récolte. Que si re-fiv il y a, il faudra stimuler d’avantage. Je lui dit que c’est dommage de laisser ce petit embryon partir « à la poubelle » si il n’est pas congelable. Pas que je veuille à tout prix que l’on me transfère les deux hein, mais zut quoi, qu’on l’offre à quelqu’un qui le veut, c’est pas possible ?! (Je veux absolument pouvoir donner un jour, faire ce cadeau. L’homme aussi. On est décidés à 100%).

Le biologiste nous explique qu’étant donné notre âge et qu’il s’agit de notre FIV1, transfert d’un seul embryon et puis c’est tout.

Nous nous retrouvons tous les 8 dans la salle d’attente et échangeons sur nos résultats. L’ambiance est bonne, les autres couples sont très sympa, c’est agréable. On se comprend et nous avons tous conscience de la chance que nous avons de toucher notre rêve de si près. 

Nous filons à tour de rôle au bloc. Tout ce déroule très rapidement. Je ne sens rien mais je fixe de nouveau cet écran sans pouvoir décorcher mes yeux une seule seconde. 

Il est la. Ce petit pois aux bras musclés. Installé confortablement dans mon utérus.

J’ai attendu tellement longtemps ce moment…

J’ai fait ma partie du contrat. Le petit pois sait qu’il est désiré, désiré, tellement désiré…alors il décidera, si il souhaite continuer ou non l’aventure avec nous.
image

Grosse Bisette à tout(e)s ❤

Journal d’une FIV # J18 / Ponction avec AL 

20 Mai

Lundi à minuit et demi (J16), l’homme et moi même avons effectué cette fameuse piqûre de Déca. (Soit un total de 20 piqûres depuis le début du traitement – i know it´s just omg).

(Je précise qu’il existe une vidéo sur yout*be pour expliquer comme ce fait cette piqûre de déclenchement et que la vidéo est très bien faite). Attention, les seringues ne sont pas dans la boîte, bien veiller à avoir tout le matos).

Déroulé de la journée :

La ponction, c’était aujourd’hui ! Une ponction que j’ai voulu en anesthésie locale en fait la vérité est que je n’ai pas eu d’autre choix. Je suis pas fan de médicaments en général c’est mon côté nature&découverte, je ne voulais pas mettre plusieurs jours à m’en remettre donc j’ai été ravie que nous puissions faire ainsi. 

C’est à jeun et les yeux collés (tant que j’ai pas bu ma boisson chaude, moi, le matin je suis bonne à rien) que nous arrivons à 9h30 à l’hôpital. L’homme file au recueil. À 10h nous filons faire les dernières formalités administratives avec la sage femme du service (qui une fois de plus est adorable – ça devait être demandé sur l’annonce d’embauche, c’est pas possible elles sont toutes sympa !).

 Je gobe un cachet de tranquillisant et doliprane et un sucre. 

Elle nous installe dans une chambre pour enfiler notre tenue de combat. Hop un selfie pour le souvenir de cette première. 

L’homme m’accompagne. 

Avant de nous rendre dans le bloc, je croise ma chère Copine et blogeuse E. qui est, depuis le début de ce traitement, synchro avec moi ou moi avec elle à la minute près. Elle me laisse sa place au bloc. Elle me rassure en une phrase comme elle le fait depuis le début du mois. Je l’embrasse. 

Donc je reprends, hop au bloc, perfusion de doliprane, la gygy arrive, elle endort localement et commence à ponctionner. Je suis fixée à l’écran, totalement subjuguée par ce qu’il est possible de faire à notre époque. 

Tout va bien, légére douleur de règle, rien d’atroce, je serre un coup les dents, hop c’est terminé. 

image

Je suis groggy. Je file en salle « de réveille » 30 minutes et j’avale mon petit déjeuner. 

Expérience absolument positive. Nous avons été ravie de voir tout cela.

Rhabillage et on file voir la biologiste. 6 follicules ponctionnées, peut être 7. La dernière écho de lundi en montrait 10 à la bonne taille. Bon. Moins que prévu mais ceux qui ont été ponctionnés sont des warriors et ont été conditionnés depuis leur naissance pour vaincre le monde. Ils ont les bras musclés puisqu’ils sont venus avec moi à la salle de sport. Bref, je crois en eux.

La suite vendredi. 
😘