Tag Archives: Désespoir

La connasse

11 Sep

La connasse, c’est moi.

Hier, et pour la première fois de ma vie, j’ai acheté un test de grossesse.
Un bâtonnet à 3,75€ (autant pas y fouttre une fortune de toute façon je n’ai plus un thune ayant dépenser une blinde investi dans un Thermomix).
Un test de grossesse censé transformé ta vie. En bon ou en mal, ici sur la blogo « des infertiles qui en chient grave », on dirait plutôt : en bonheur infini, en explosion de paillettes dans ton coeur, en palpitations intenses, en la fin du cauchemar (t’as qu’à croire)

Biensur, moi qui suis réglée comme comme une horloge tictac, j’étais supposé avoir mes machins hier et rien. Toujours rien depuis d’ailleurs.
Je te laisse imaginer la nuit que j’ai passé ou tu devines ? Genre des petites voix qui me répétaient en boucle « si vous avez du retard, ne sabrez pas le champagne trop vite, il y a 15% de GEU… ».
Impossible de dormir.
J’ai donc uriné allègrement sur mon test, au saut du lit, n’en pouvant plus d’imaginer les pires/meilleurs scénarios.
Une seule barre rose est apparue. Elle a au moins eu l’avantage de couper court à mon imagination débordante.

Même en C18 C1 d’après coelio, la magie du ventre réparé n’a pas opérée.
Je supplie n’importe quel dieu au bout du fil de me donner un bébé…

L’homme a reçu son troisième spermo qui est tout ce qui y a de plus normal. Je porte dorénavant à moi seule, sur mon dos, le lourd poids de cette infertilité…

Ce soir, je suis si triste !
Je me sens comme une eau pétillante qui aurait définitivement perdu ses bulles. Lasse.

image

Publicités

Chute sans fond

29 Avr

b0b721f03da2a79b5cf5ae1d3ff7d6aa

Ca allait bien depuis quelques jours. Bon , j’avais des baisses de tensions moral mais rien de bien long.

J’avais réussi à diviser mes visites sur le net par deux pour prendre du recul avec tout ça. Ne pas manger de l’infertilité et de la pma à tous les repas.

Mais aujourd’hui, chute terrible dans les abysses de la terre. Je ne cesse de pleurer. En silence pour ne pas que l’homme me voit… Je ne veux pas lui imposer ma tristesse…

Je me bats pour essayer d’aller bien durablement mais cela semble vraiment impossible. Je suis comme nageant la tête hors de l’eau mais me sentant tirer et aspirer vers le fond, prête à me noyer.

Je me suis presque faite à l’idée que je n’aurai jamais cette place dans le train. Je me force à essayer de penser et me convaincre du contraire mais je n’y parviens plus. Je suis sans espoir. Je me déteste de rendre les armes si vite. Je m’en veux tellement. Je me pensais plus courageuse. Mais je n’y arrive pas !

Je suis comme vide sans même avoir commencé et résignée. J’essaye de me répéter les conseils de ma psy « on verra », mais ce « on verra » ne m’apaise pas.

Je porte mon masque. Je suis là, j’entends mais je n’écoute pas. Je trouve tout ca trop dur a gérer.

Je ne veux pas devoir supporter une vie sans enfant. J’en serai incapable. Ca fait tellement mal. Je suis abbatue. Je suis sur un bateau perdu au milieu d’une tempête. Je sais que la nuit apaise les maux et que demain sera sûrement meilleur.

DNLGrosseP.